CENTRE UFOLOGIQUE DES SAVOIES
regroupement de tout les cas d'observation d'ovni ou phénoméne ufologique dans la savoie et haute-savoie
 
 FAQ   Rechercher   Membres   Groupes   S’enregistrer 
 Profil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   Connexion 

Eisenhower a rencontré des Aliens en 1953.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    CENTRE UFOLOGIQUE DES SAVOIES Index du Forum -> l'ufologie et le web -> Discussion général
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
buzzee74
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Mai 2009
Messages: 148

MessagePosté le: Mer 1 Fév - 17:20 (2012)    Sujet du message: Eisenhower a rencontré des Aliens en 1953. Répondre en citant

En attendant que l’auditeur Bob se manifeste de nouveau auprès de la station C2C, ce texte de Art Bell permet de chercher dans quelles circonstances le Président Eisenhower a pu rencontrer des Aliens. Il fut le 34ème président des États-Unis, entre le 20 janvier 1953 et le 20 janvier 1961. 


- La base d’Holloman sert de décor à plusieurs histoires : le producteur de documentaires 
Robert Emenegger a évoqué une rencontre qui aurait eu lieu le 25 avril 1964 (mais Eisenhower avait laissé la place à Kennedy). 
- Il est également question d’un évènement assez semblable survenu en mai 1971, deux ans après le décès d’Eisenhower.
- Il existe au moins une autre possibilité de rencontre, sur la base de Muroc/Edwards, en février 1954.
Ce récit concerne le 10 février 1955. Il n’est pas fait mention de civières ni de la présence d’Howard Hugues.

Depuis deux ans, le chercheur et animateur Art Bell consacre une partie de ses efforts à éclaircir dans quelles circonstances le Président Eisenhower s’était rendu en 1955 sur la base Air Force de Holloman, au Nouveau-Mexique (anciennement nommée Alamogordo). 


“Le 9 février, Eisenhower avait annoncé qu’il allait passer quelques jours en Géorgie pour une partie de chasse. Il a quitté le lendemain à 13h la base d’Andrews, accompagné de cinq personnes.
Un groupe de journalistes des principaux réseaux le précédait dans un autre avion, parce que les relations internationales étaient alors assez tendues : les Russes traversaient un conflit de pouvoir, et la Chine communiste envisageait d’envahir Formose.

L’avion se posa sur la base Air Force de Spence. Ike et son entourage arrivèrent à Thomasville vers 16h30 le 10 février. 


Il chassa la caille pendant une heure sur la propriété deGeorge H. Humphrey - son Secrétaire au Trésor - puis se retira dans sa résidence de Milestone.
Moins de 24 heures plus tard, le Président se trouvait sur la base Air Force de Holloman.
Les journalistes ont perdu le contact avec lui pendant 36 heures. James Hagerty, porte-parole de la Maison Blanche, déclara à la presse que Ike et son secrétaire “se remettaient d’un rhume“, et leur raconta que le Président jouait au bridge devant un feu de cheminée.

En fait“, nous dit Art Bell, “Eisenhower avait quitté sa résidence avant le lever du jour, le lendemain de son arrivée, et s’était fait conduire sur la base de Spence pour redécoller vers Holloman. 


L’article resitue le contexte géopolitique de l’époque : “Ike et ses conseillers avaient étudié la question, rassemblé des statistiques, et considéré tous les apects de la poursuite des essais nucléaires.
En tant que chef de la plus puissante nation, Ike était aussi considéré par beaucoup comme le gardien de l’arsenal nucléaire du monde libre.
La course aux armements avait commencé dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, et l’arme nucléaire était au coeur des stratégies. Les Etats-Unis à eux seuls, en 1955, avaient déjà conduit 189 tests nucléaires atmosphériques, souterrains, et sous-marins. Les Russes en étaient à 90 essais nucléaires depuis 1949, et avaient fait exploser leur première bombe à hydrogène en 1953.” 


Ensuite le narrateur imagine les derniers instants avant la rencontre historique : “Ike n’était pas certain que tout se déroulerait comme espéré, mais ses conseillers avaient fait de leur mieux pour le préparer. La puissance atomique serait évidemment au centre des discussions. Un assistant les avisa qu’ils allaient bientôt atterrir à Holloman. Ils bouclèrent leurs ceintures et attendirent. 


La visite de Ike à Holloman a été révélée par un ancien pilote, surnommé l’Aviateur Kirtland, affecté à hôpital de la base.
A l’automne 2006, Art Campbell a reçu du témoin une lettre de sept pages, rapportant les grandes lignes de cette visite. L’avion présidentiel de l’époque, le Columbine III, s’était posé à Holloman le 11 février, vers 9h du matin. Selon ce qui était prévu, il s’était immobilisé au bout de la piste 13, après avoir fait un demi-tour.
Il y avait environ 300 personnes, qui s’étaient rassemblées sur un côté de la base, pour voir l’Air Force One se poser. L’avion présidentiel s’était curieusement immobilisé à 800 mètres, seul dans cet endroit reculé, et les moteurs à l’arrêt. Pas de tapis rouge, ni d’orchestre, pas de parade d’honneur, seulement quelques meuglements de vaches au loin. 


Les employés civils et les militaires reçurent l’ordre de retourner à leurs tâches, et la base reprit une activité normale. Néanmoins la question circulait : Ike est-il dans l’avion ? Que se passe-t-il ? 


On avait notifié aux civils et militaires que tout devait se dérouler comme à l’habitude pendant la visite du Président.
Peu de temps après, un Ovni est venu se poser à cent mètres devant l’Air Force One. Un homme, que l’on présume être Eisenhower, est sorti de l’avion et s’est dirigé vers l’Ovni.
La rencontre a duré 45 minutes, puis le personnage est retourné vers l’avion. Un autre Ovni s’était maintenu dans les airs au-dessus de la piste pendant toute la durée de cet échange.
Les détails sont finalement peu nombreux. Ike avait été vu par des centaines de personnes. Le Président et le commandant de la base s’étaient adressés à un groupe de 225 militaires et d’employés civils, dans un hangar, et une seconde fois dans la salle de cinéma. L’ancien pilote avait fourni les noms de huit témoins, dont celui du Colonel Sharp. Art Campbell cherche depuis à en retrouver d’autres. Eisenhower avait quitté la base vers 16h30 ou 17h. 


Art Bell pense qu’on avait exercé une forte pression sur les personnels militaires et civils, afin que la visite du Président reste strictement confidentielle. 

Ce fut très efficace, parce que personne ne soupçonna finalement qu’Eisenhower s’était absenté de Thomasville pendant 36 heures. Il est très probable que cette brève rencontre à Holloman ne fut pas la première. 


L’enquêteur poursuit : “Mais il est fort possible que le Président Eisenhower avait rencontré des ETs l’année précédente sur la base de MUROC (devenue Edwards AFB). La presse avait mentionné en février 1954 le fait que “Ike avait disparu pendant quelques heures“. Une agence avait même cafouillé au point d’annoncer sa mort. Finalement la polémique a tourné ensuite pendant des années sur le fait de savoir si le Président avait ou non visité son dentiste à Palm Springs pour faire réparer une couronne. C’est peut-être là qu’il aurait eu l’occasion de voir des corps d’aliens.
Art Bell ajoute : “Le chercheur canadien Grant Cameron, spécialiste de l’histoire des Présidents, en regard de la question Ovnis, m’avait raconté que Ike, l’année précédente à Muroc, était entouré de 250 personnes. On pense que cette fois Eisenhower avait tenu à fausser compagnie aux journalistes qui le croyaient toujours à Thomasville, parce que les autres nations, y compris les Russes et le bloc Communiste, devaient absolument ignorer cette rencontre. 


 
Auteur spécialisé dans le paranormal, Bill Knell est également conférencier et consultant. Cet article inédit tente de répondre à la question : 

Howard Hughes a-t-il vu une épave d’Ovni et ses Occupants ? 

Je me suis longtemps posé cette question, et il se peut que nous ayons maintenant un début de réponse. Un ancien employé de Hughes Aircraft a témoigné dans ce sens. Ca se serait passé peu après le crash d’un vaisseau alien près de Roswell, Nouveau-Mexique, en 1947. Vous aurez peut-être raison de penser que ça ne constitue pas une preuve définitive, mais je me dois de vous rapporter ce que j’ai appris. 

Linda est une retraitée de l’enseignement. Elle m’a communiqué par email une impressionnante collection de diplômes et d’attestations. Je pense qu’elle est tout à fait authentique. Elle m’a aussi fait parvenir quelques photos et des documents qui confirment le fait que son père a pu travailler pour Howard Hughes. Elle a cependant requis l’anonymat, et je ne peux donc vous révéler où elle vit actuellement. Je l’ai encouragée à se décider de témoigner ouvertement, ce qu’elle fera peut-être un jour. 


Linda m’a raconté que son père avait été impliqué dans les activités de la compagnie Hughes Aircraft dès 1942, mais son récit concerne l’année 1947. Cet été-là, Howard Hughes n’avait qu’une idée en tête, réussir le premier vol de son hydravion géant construit en bois, surnommé le “Spruce Goose“.

Finalement le H-4 Hercules ne vola qu’une seule fois, le 2 novembre 1947. Il avait nécessité des efforts considérables. 


Le père de Linda avait travaillé étroitement avec Hughes sur le projet Hercules, et il fut embauché plus tard par Hughes Aircraft. Les deux hommes s’étaient rencontrés grâce à un ami commun, peu après l’entrée en guerre des Etats-Unis.
D’après Linda, Hughes considérait son père comme un homme “qui a de la ressource“. Il n’avait pas son pareil pour trouver toutes sortes de solutions face à un problème mécanique. Il avait aussi le genre de tempérament requis pour travailler avec l’excentrique milliardaire.

Hughes était face à un grand nombre de problèmes au cours de l’été 1947, dont une enquête du Sénat qui cherchait à savoir comment il avait utilisé les fonds pour les projets du Hercules et du XF-11. 


Peu après son audition devant le Sénat en août, il était revenu en Californie sur le chantier du Hercules, et avait parlé à son père d’un projet important du gouvernement dans lequel il pourrait s’impliquer.
D’après Linda, Howard Hughes et son père n’avaient pas de liens d’amitié, et son père n’aurait surement pas été considéré comme faisant partie du cercle des proches, à supposer qu’il y en eut un.
Cependant il avait passé beaucoup de temps avec Hughes pour mener à bien le programme Hercules, et ils entretenaient de bonnes relations dès lors que son père se rendait particulièrement utile. Son père lui a raconté qu’un jour, alors qu’il s’entretenait avec des ingénieurs, Hughes l’avait convoqué dans un bureau inoccupé. Hughes avait cette attitude concentrée et sévère qu’on lui connaissait quand il avait un problème à résoudre ou qu’il envisageait un nouveau projet. 


Howard avait laissé la porte du bureau ouverte. Mais le bruit à l’extérieur aurait empêché qu’on surprenne leur conversation. Il s’était assis sur un tabouret près de la fenêtre. Le père de Linda s’était approché pour l’écouter attentivement. Hughes avait horreur de se répéter et il haïssait les gens distraits. Hughes déclara à son père qu’il avait été contacté par un “haut-gradé de l’armée américaine” alors qu’il se trouvait à Washington, D.C. 


Le milliardaire avait l’habitude des requêtes inhabituelles de la part des militaires. On savait qu’il était capable de garder un secret, et qu’il était à même de résoudre des problèmes compliqués. D’après le père de Linda, il s’agissait sans doute cette fois d’une situation extrêmement complexe, comme le gouvernement n’en avait jamais connu. Hughes lui dit qu’il s’était rendu sur une base militaire, au retour de sa séance au Congrès. Il ne précisa pas l’endroit, et ne révéla que peu de détails sur ce qui s’était passé.
Selon le père de Linda, Hughes n’était pas à l’aise pour parler de sa visite sur cette base. Il avait horreur des situations qu’il ne pouvait contrôler, et il laissait entendre que dans ce cas, tout était orchestré et contrôlé par les militaires.
Hughes était le seul civil présent à cette réunion. Il raconta qu’on lui avaient montré un nouveau type de machine volante. C’était pour l’essentiel des pièces éparses, et il était évident que ça résultait d’un crash, ou que l’objet avait été abattu. Hughes s’était dit que ça pouvait être un engin fabriqué par les Russes. 


Ensuite Hughes s’était approché, et il avait remarqué que c’était un appareil hors du commun. Il n’avait pris en mains aucune des pièces, mais expliqua au père de Linda que c’était pour lui “la plus surprenante des choses que j’aie pu voir.” Les officiers qui étaient sur place lui avaient dit qu’en effet cet engin était en morceaux, mais que le matériau était extrêmement résistant à la chaleur, au froid et à la pression. Ils avaient ajouté qu’il était pratiquement impossible de le percer, quoique le crash avait pu être provoqué par une implosion. Howard n’avait pas dit s’il y avait quoique ce soit d’écrit, et n’avait fourni aucun autre détail sur le matériau de l’engin.

Hughes avait dit au père de Linda que les militaires avaient également récupéré les cadavres de l’équipage de l’engin, et qu’ils étaient pratiquement intacts. Il avait été autorisé à les voir, et il avait évoqué des “nains” ou de “petits êtres diformes“, qui portaient des combinaisons de vol sans coutures. Il n’avait donné aucun détail sur l’endroit où ils étaient conservés. Ensuite, il en était directement venu à l’aspect concret : “Ils attendent de moi que je découvre de quoi il s’agit, et je vous veux dans l’équipe“. L’entretien s’était terminé de cette manière. 


Quelques semaines plus tard, Hughes avait attiré le père de Linda à l’écart, et lui avait dit d’oublier la conversation qu’ils avaient eue. Il avait donné l’impression que ce programme représentait bien trop d’investissement et trop peu d’argent en retour.
Son père avait pensé plus vraisemblable que Hughes avait senti qu’on ne le laisserait pas mener sa barque, et qu’il n’avait pas souhaité de lancer dans une affaire qu’il n’aurait pas pu entièrement contrôler. A moins, peut-être, qu’il ait appris ou découvert autre chose qui l’aurait dissuadé de poursuivre. 


Howard Hughes est mort en 1976. C’est seulement plusieurs années après cette conversation dans le bureau, que le père de Linda a fait le rapprochement entre le crash dont il lui avait parlé et cette affaire de l’été 1947 où un Ovni aurait été abattu ou se serait écrasé. 


Les histoires d’Ovnis et d’Aliens n’avaient jamais intéressé son père. Linda pensait qu’il avait du voir les gros titres dans l’un des magazines que lisait sa mère. Ca pourrait coller, parce que j’ai gardé des vieux numéros du National Enquirer et des suppléments télé des années 70, et je me souviens d’articles sur les aliens, des incidents avec les militaires, et des épaves d’Ovnis.
J’ai demandé à Linda si son père aurait pu plaisanter en lui racontant ce qui s’était passé avec Hughes. Elle m’avait répondu : “Oh, non, mon père n’était pas du genre à broder. Il avait assez d’histoires authentiques à raconter à propos de Hughes et d’autres personnages importants qu’il avait rencontrés au fil des années… Il n’avait pas besoin d’en rajouter… Je suis certaine qu’il m’a dit la stricte vérité.

 

J’ai également demandé à Linda de me préciser combien de fois elle et son père étaient revenus sur ce récit après qu’il en ait parlé la première fois. Elle m’a répondu : “Une ou deux fois seulement… Les Ovnis ne l’intéressaient pas… Il m’avait raconté ça en passant, parce qu’il se disait que ça pourrait me donner quelques frissons… Mais mon père n’avait rien à ajouter, et je pense que c’est la raison pour laquelle nous n’en avions plus parlé. 


Malheureusement, son père est décédé il y a quelques années. Je doute qu’il ait réalisé l’impact que cette histoire avait pu avoir sur sa fille. Avant de l’entendre, Linda n’avait guère réfléchi sur le sujet des Ovnis. Par la suite, elle a manifesté de plus en plus d’intérêt pour la question, et elle m’a dit : “Mon père m’avait dit que les propos d’Howard collaient vraiment avec ce que racontent les magazines, quand ils parlent de crashs de vaisseaux de l’espace… et la description des cadavres évoquait assez bien celle de ces aliens… Je ne crois pas tout ce que racontent les politiques, mais je n’avais jamais rien entendu qui m’amène à douter de ce qu’ils disent à propos des Ovnis. Qu’est-ce qu’ils auraient à gagner en nous racontant des histoires ? C’est seulement après avoir entendu le récit de mon père que j’ai commencé à mettre en doute leurs démentis…

Linda m’a raconté comment elle avait été progressivement amenée à lire des articles sur les Ovnis dans la grande presse et les magazines. Son intérêt s’éveilla au point qu’elle commença à rechercher d’autres informations. Ce sont les propos du Colonel Jesse Marcel, après qu’il fut retraité, quand il s’exprima au sujet de Roswell et de la couverture des incidents Ovnis, qui stimulèrent sa recherche et elle s’intéressa aux récits de crashs et aux témoignages des militaires. 


Elle me dit : “J’ai acheté un vieux livre de Donald Keyhoe, que j’avais trouvé en occasion, et je l’ai lu jusqu’à la dernière ligne. Ce livre m’a ouvert les yeux… Je pense maintenant qu’il y a bien autre chose dans ce domaine qu’on ne veut bien nous le dire.
J’ai demandé à Linda pourquoi elle avait attendu si longtemps avant de rapporter les propos de son père au sujet de Howard Hughes et de cet étrange engin. “Je suis une personne plutôt réservée… Je fais de mon mieux pour promouvoir l’éducation et pour encourager les étudiants à poursuivre leurs études. Pour qu’ils aillent le plus loin possible… Je ne veux pas devenir une icone pour les tenants d’une conspiration gouvernementale… Votre recherche de la vérité sur les Ovnis et les Aliens me paraît tout à fait authentique. Je pense que si des gens ont l’occasion de lire l’histoire de mon père, alors ils se décideront peut-être à se faire connaître et à partager leurs propres expériences et ce qu’ils savent en s’adressant à vous. 


J’avais des tonnes d’autres questions à lui poser, mais il est évident qu’Howard Hughes n’avait confié au père de Linda qu’un tout petit aperçu de son expérience, quand il s’était trouvé face à un engin étrange et ses occupants. Il n’avait pu rapporter que les propos de Hughes. Nous n’en savons pas davantage, aussi je ne peux affirmer que c’est bien l’histoire d’un crash d’Ovni et de ses occupants. Je crois personnellement que le père de Linda a recueilli d’Howard Hughes des éléments concernant un étrange vaisseau et son équipage d’êtres de très petite taille, et qu’il a fait à sa fille un récit fidèle de ce qu’il a entendu, de la bouche même du principal témoin. 


L’enquête autour de l’histoire de Linda a duré près d’une semaine. J’ai communiqué avec elle par téléphone à plusieurs reprises. Elle m’avait autorisé à enregistrer nos conversations, et j’ai soumis les bandes à un détecteur de stress que j’avais acheté quelques années auparavant.
Si ce matériel bon marché est efficace, il indique qu’elle n’a aucunement cherché à me tromper. J’ai une bonne expérience comme enquêteur et ufologue, et j’ai constaté avec satisfaction que Linda a réellement coopéré, chaque fois que j’avais de nouvelles questions. C’est presque toujours un signe très favorable.
Linda m’a adressé par email une telle quantité de documents que je suis certain d’avoir affaire à une personne authentique, et que son père était effectivement employé chez Hughes Aircraft. Il apparait qu’il a du travailler comme consultant sur des programmes spécifiques, avant d’être employé à plein temps. 


Puisque Hughes ne lui a jamais expressément dit qu’il avait vu un vaisseau alien ni précisé que les cadavres étaient des corps d’aliens, c’est à nous de remplir les blancs mais avec les précautions d’usage.
Au moins, l’histoire de Linda démontre qu’il y a bon nombre de gens qui détiennent des informations importantes au sujet des Ovnis, mais ne souhaitent pas en parler par crainte des répercussions. C’est sans doute la faute des journaux d’information, qui semblent incapables d’approfondir quoique ce soit, sauf à nous rapporter que tel homme politique est allé à la messe, ou a fêté son anniversaire. On ne nous rapporte que les communiqués auto-satisfaits des autorités, les journaux sont remplis de commentaires déphasés, mais l’essentiel est passé sous silence. - 
 
source:http://www.bibliotecapleyades.net/exopolitica/esp_exopolitics_q_4.htm 

_________________
buzzee74
le centre d'observation ufologique des SAVOIES


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 1 Fév - 17:20 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    CENTRE UFOLOGIQUE DES SAVOIES Index du Forum -> l'ufologie et le web -> Discussion général Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Style designed by SkaidonDesigns for Forum-Styles(dot)co(dot)uk